fbpx

Bacs de culture hors sol pour la permaculture urbaine, les petits jardins ou une terrasse gravillonnée.

L’intention de ce test : produire des fruits, des légumes, des aromatiques et des plantes médicinales dans un bac déplaçable de toute petite surface.

  • Faire des tests de ce qui peut pousser ensemble de façon complémentaire et observer ce qui est judicieux de ce qui ne l’est pas
  • Observer les insectes auxiliaires et nuisibles qui gravitent autour de notre petit paradis.
  • Pouvoir transplanter un jour sur son terrain (quand on n’en a pas) ces arbres et plantes et avoir gagné en expérience et en temps (les arbres fruitiers mettent en général 2 à 7 ans avant de donner des fruits).

Vidéo n° 4 : fin août 2018

Toutes les plantes ont bien tenu et ont bien produit.
Récolte de 1.5 kg à 2 kgs d’haricots verts.
La monarde, la mélisse ont agrémenté nos tisanes.
Pratiquement pas de désherbage.
Le lupin n’a pas fait de fleurs.

Les haricots orteils de prêcheur n’ont formé que quelques haricots cocos dans les cosses (sans doute une mauvaise pollinisation.

La ciboule de Chine n’a pas beaucoup évolué. Il aurait fallu la placer en périphérie du bac.

Le pommier n’a pas beaucoup grandi, mais se porte bien. La monarde qui est assez expansive n’a pas fait beaucoup de rejets.

Ce bac permet de tester des associations  et faire ses expériences. Il permet aussi de déménager avec vos plantations.

Cet hiver, vous verrez les légumes rustiques et l’année prochaine arriveront les pommes, les framboises grimpantes, les cassis et, petit-à-petit, les vivaces remplaceront les annuelles.


Vidéo n° 3 : mi juillet 2018

Il a fait très chaud ce mois-ci.
Le thym, trop à l’ombre, est mort. Les fraisiers ont pris des coups de chaud et n’ont rien produit. Les salades ont monté à graines.
Les haricots nains et rames ont bien donné.
La framboise grimpante a été tressée sur des supports.
Le chou vivace a été attaqué par la piéride et il a fallu enlever les chenilles.
Le cassissier n’a pas beaucoup progressé. Il donnera l’année prochaine.

Attaque de Piéride sur Chou Daubenton à Campel

Pour que la lumière rentre au milieu du bac, il a fallut éclaircir certaines feuilles, vu la densité de ce qui a été placé.

Autres variétés de haricots vivaces si vous ne trouvez pas d’orteils de précheurs  : dolique tubéreux, haricot  rame violet d’Espagne, haricot métro (rustique seulement à -3°C, apios tuberosa.

Une personne nous a demandé  quelle quantité  d’engrais nous avions ajouté dans le bac en cours de saison :  en supplément des fientes de poules à la base, nous n’avons ajouté que de l’eau boueuse préparée par nos canards dans leurs ébats, et avons arrosé de temps en temps avec de l’urine diluée à 2 à 3% dans de l’eau de pluie.
Si vous n’avez pas de poules et de canards, vous pouvez utiliser une petite poignée  de corne torréfiée ou de guano marin  deux à trois fois dans la saison. Utiliser  des engrais phosphorés et potassés et non azotés.


Vidéo n° 2 : 18 juin 2018

Tout a bien poussé, à part le thym citronné qui est mort. La monarde a monté à graine car trop serrée. Les salades ont végété.

On peut déjà récolter la mélisse, les fraises, la monarde, la coriandre vivace….bientôt les haricots et  les tomates..

Astuces :

  • Tomates :  dans ce genre de bac,  il faut enlever les gourmands  afin que le plant ne prenne pas trop de place. (on peut replanter les gourmands dans du terreau pour avoir d’autres plants de tomates. Par contre, si des branches ont marcotté, on peut les récupérer en coupant la marcotte et en replantant dans un autre bac. La plante sera déjà développée et les tomates donneront plus vite.)
  • Pucerons : un peu de piment de Cayenne déposé dessus.

Vidéo n° 1 : 25 mai 2018

Deux bacs ont été  utilisés. Ils  mesurent environ 80 cm de diamètre et 60 cm de haut. Ils ont achetés dans une jardinerie Gamm Vert (25€ pièce).

Au milieu de chaque bac est placé un pommier  greffé sur M27 (nanisant) dans un tube ouvert juste sur le dessous, qui lui-même est placé dans un pot (ce qui permet de limiter le développement de l’arbre et oblige ses racines à partir en  profondeur).

Au fond du pot est placée une coupelle remplie de sable ce qui permet d’avoir une petite rétention d’eau. Sur le pourtour des serpillières synthétiques ont été mises ainsi qu’un grillage fin anti-campagnols. Des cagettes ou autres brandes installées à l’extérieur autour du pot permettent de gérer la chaleur sur ce pot noir.

Le bac est rempli d’un mélange d’un tiers de terreau bio, un tiers de terre argileuse et un tiers de terre limoneuse. En surface, le même mélange est additionné des déjections de poules (qui apportent du phosphore, de l’azote et de la potasse et forment un engrais). Vous pouvez utiliser du guano marin si vous n’avez pas de poules.

Plantes installées : 

  • 1 Pommier SUNTAN, et dans l’autre bac un pommier GOLD RUSH
  • 1 framboise grimpante sans épine à mettre dans le même tube que le pommier,
  • 1 fraisier Cupido (à fleurs rouges et grosses fraises) ,
  • 1 ciboule de Chine,
  • 2 coriandres vivaces (houttunya cordata),
  • 3 oignons vivaces, 
  • 1 thym citronné,
  • 1 framboise grimpante sans épine Buckingham,
  • 1 cassissier,
  • 1 basilic,
  • 2 tomates cerises (à planter très profond pour qu’elles fassent beaucoup de racines),
  • 1 mélisse citronnelle,
  • 1 chou vivace éternel,
  • 2 haricots grimpants vivaces orteils de précheur,
  • 1 lupin,
  • 1 blette,
  • 1 monarde,
  • 1 haricot nain,
  • 2/3 salades.

Chaque plante va apporter différentes molécules : les alliacées et crucifères apportent du soufre,  le lupin et les haricots apportent de l’azote, le thym a un effet bénéfique sur les arbres fruitiers (tavelure monilia et oïdium, maladies cryptogamiques).

3 Comments
  • YvesCATHAGNE
    says:

    Bonjour,
    Je vous remercie pour vos vidéos et votre partage. Je suis votre activité avec intérêt.
    Auriez-vous fait une vidéo ou un article plus détaillé sur la plantation d’un arbre nain dans un tube (tel que vous l’avez utilisé dans le test de forêt jardin en pot) ?
    Merci.
    Cordialement.

    • dufays françoise
      says:

      Bonjour,
      Nous avons détaillé un peu plus cette méthode dans notre livre « Multiplication des Plantes Fruitières – Ressources Végétales ». Mais nous n’avons pas d’article spécifique. Désolés.
      L’équipe de la Forêt Nourricière.

  • Philippe Gilot
    says:

    Concernant les haricots d’Espagne, cela fait deux ans qu’ils ne produisent pratiquement rien, alors qu’ils sont plantés en pleine terre et à mi-ombre en Touraine. Donc ???, peut-être les canicules de début de saison qui font sécher les fleurs.

Laisser un commentaire