Participer aux recherches en permaculture

Comment participer aux recherches proposées
par La Forêt Nourricière?

Pour amateurs et professionnels de la production alimentaire

L’association La Forêt Nourricière fait des recherches amateures depuis sa naissance en 2011 et s’inscrit avant tout dans une dynamique de recherches expérimentales plutôt que dans la transmission de méthodes.

La recherche scientifique étant inaccessible à l’amateur et corrompue par les pouvoirs publics et donc orientée vers la pétrochimie pour les professionnels, il est capital que les citoyens se réapproprient la recherche de façon pratique et concrète, que ce soit pour la production amateur ou professionnelle.

De plus, aucune recherche sur la production amateure n’a jamais été menée (et pour cause, on vit dans une société de “con-sommation”) et donc jamais l’état ne financera des recherches pour rendre les gens autonomes localement). Il est donc primordial de faire ces recherches vu les perspectives que nos gouvernements nous programment (extermination des semences et variétés qui permettent l’autonomie, désertification des sols et des cœurs, inflation, récession économique par la délocalisation et importation de denrées étrangères à bas prix pour tuer l’économie locale, législation draconienne qui force les professionnels et indirectement les consommateurs à passer par les labels et le catalogue officiel)

Il est temps de se réapproprier la production alimentaire et d’expérimenter notre autonomie en tant que consom’acteur et professionnel de la “bio”.


Les domaines de recherches d’associations botaniques :

  • Augmenter la résistance des vignes aux maladies :

– Vous êtes amateur et vous avez des vignes malades et vous voulez faire des tests chez vous et partager vos observations

– Vous êtes professionnels ou amateurs en viticulture et vous voulez rejoindre l’équipe de recherche ?

Contactez Julie qui supervise le projet julie.lhussiez@hotmail.fr  – Tel : 06 83 06 88 78

Protocole de recherche :

  1. Prenez des photos de votre vigne malade qui fassent bien ressortir la maladie (érinose, mildiou, etc.)
  2. Plantez un plant de sauge officinale au pied de votre cep de vigne (de novembre à /mai juin maxi)
  3. Prenez des photos de l’évolution quelques semaines plus tard, puis d’année en année
  4. Créez votre dossier de recherche avec (Votre Nom, Prénom, Lieu d’expérimentation, variétés de vigne malades (si possible avec le nom du porte-greffe mais pour les amateurs, s’il ne figure pas, ce n’est pas grave)
  5. Notez toutes vos observations datées dans un document ou un tableau où vous mettrez en lien les photos prises (ou incrustez les photos dans le document si vous maitrisez la mise en page)

allélopathie positive en plantant de la sauge au pied des vignes

 

  • Augmenter la résistance des pommiers, poiriers, pruniers aux maladies

-Vous êtes amateur et vous avez des pommiers très malades (Chancre/ Tavelure/ Monilia) et vous voulez faire des tests chez vous et partager vos observations avec notre association et le reste du monde.

Protocole :

  1. Prenez des photos de votre arbre malade qui fassent bien ressortir la maladie (Chancre ou Tavelure, Rouille, Oïdium, Monilia etc)
  2. Faites un diagnostic de sol pour voir si celui-ci est en bonne santé ou asphyxié (odeur minérale, peu de vie, plantes bioindicatrices des sols hydromorphes présentes  en grand nombre) et commencer par l’améliorer. S’il n’est pas en bonne santé (Aérer, Nourrir, Humidifier / Protéger) et voyez si les maladies disparaissent ou se réduisent.
  3. Placez au sol sous la couronne de l’arbre un mulch de carton ou de bâche tressée et plantez- y la plante aromatique choisie (une seule si l’on veut faire les tests sérieusement) . Plantez dans le carton tous les 50 cm² soit 3 ou 4 plantes par m² (d’octobre à mai …juin maxi)
  4. Prenez des photos de l’évolution quelques semaines plus tard puis d’année en année
  5. Créez votre dossier de recherche avec (Votre Nom, Prénom, Lieu d’expérimentation, espèces d’arbres et variétés de fruits malades (si possible avec le nom du porte-greffe mais pour les amateurs, s’il ne figure pas,  ce n’est pas grave)
  6. Notez toutes vos observations datées dans un document ou un tableau où vous mettrez en lien les photos prises (ou incrustez les photos dans le document si vous maitrisez la mise en page)

Le pommier du Kazakhstan est résistant aux maladies

 

  • Recherche sur les couvre-sols adaptés

    =>Les Expérimentations en bacs de culture :

Compétition ou symbiose ?

recherche sur les association couvre-sols menthe poivrée mélisse houtunya recherche sur les association couvre-sols menthe chocolat claytone de Cuba houtunya recherche sur les association couvre-sols livèche fenouil ciboule de Chine houtunyia recherche sur les association couvre-sols: ortie/mélisse/houtunya/menthe chocolat/ail triquètre recherche sur les association couvre-sols consoude naine origan houtunya recherche sur les association couvre-sols ortie consoude naine

  1. Menthe poivrée /coriandre vivace houtuynia cordata/ mélisse
  2. Menthe chocolat/cive de saint Jacques /houtuynia
  3. Livèche fenouil bronze, ciboule de chine, houtuynia, thym serpolet
  4. Mélisse /ortie/menthe chocolat
  5. Consoude naine /origan, houtuynia, mélisse
  6. Consoude naine ortie
  7. Asperge verte, fraisier, ciboule de Chine, oignons vivaces, claytone de Cuba
Retrouvez la vidéo de Franck Nathié sur les Couvre-sols comestibles : symbiose ou compétition ?

Le but de ces tests est de :

  • Trouver des couvre-sols comestibles adaptés à divers contextes en association ou seuls
  • Trouver des associations complémentaires pour la culture en bacs (permaculture urbaine, jardin sur les toits ou balcons, jardinières, etc.).
  • Mettre au point des systèmes de rotation de plantes associées qui se succèdent judicieusement entre la saison et l’hiver
  • Mettre en évidence que les plantes vivent plus en symbiose qu’en compétition
  • Imaginer comment les plantes vont se comporter en pleine terre et pouvoir comparer

 

Créez vos associations botaniques et donnez-nous vos retours d’expérience : plus on sera de fous, plus il y aura de riz !


=>Les Expérimentations en pleine terre :

– Tests d’association botaniques à reproduire et observer : De nombreuses associations autour de la complémentarité des plantes au niveau morphologique, alimentaire ou chimique sont à expérimenter afin de pouvoir densifier les cultures et limiter l’enherbement.

Test association de plantes à reproduire Hysope Poireau de Chine ThymSerpolet-Ronde Thornfree

Test association de plantes à reproduire : Hysope Poireau de Chine Thym-Serpolet-Ronce Thornfree

 

=>Association de couvre-sols complémentaires

  • Framboises / consoude naine,
  • Framboises / sarriette,
  • Framboises / menthe,
  • Framboises / fraisiers

La consoude naine est un excellent couvre-vol et aide le framboisier contre les graminéesExemple de consoude naine au pied des framboisiers à Campel

Le but est de trouver le partenaire qui empêche l’herbe de pousser sans faire trop baisser le rendement du framboisier et si possible de produire un plus (fruits, nectars, médicinale, aromatique, etc.)

 

=>Allélopathie :

  • association Chou vivace  / rue
    pour voir si la piéride est repoussée tous les ans ou si elle s’installe quand même
    (chez nous cela fait 3 ans que les choux vivaces n’ont plus de piéride mais est-ce que cela sera pareil chez vous ?)

  Association Chou Daubenton avec de la rue fétide pour lutter contre la piéride du chouAssociation Chou Daubenton avec de la rue fétide

 

=>Association morphologique :
  • Artichaut / prunier
  • Artichaut / cerisier nain
  • Artichaut / cassis sous pommier franc
  • etc..

Exemples d’associations morphologiques que nous avons mises en oeuvre à Campel :

=>Gestion de l’enherbement sous les fruitiers

Trouver les couvre-sols qui permettent d’étouffer les graminées et à l’eau de s’infiltrer, tout en produisant un surplus (miel pour les abeilles, plantes médicinale et aromatiques)

Des expérimentations avec la consoude naine (symphytum grandiflorum) ou encore avec des bâches tressées plantées d’origan, sarriette, romarin, serpolet, etc. 

’épervière piloselle arrive même à tuer les graminées dans la pelouse et permet à l’eau de s’infiltrer sous les arbres fruitiers. Verger de la ferme des Miracles

Si vous avez déjà fait ce genre d’association ou si vous voulez tester,

Contactez-nous !

 

 


  • Expérimentation des guildes botaniques : Testez nos guildes !

    La forêt nourricière propose des guildes et associations botaniques que vous pouvez tester chez vous et dont vous pourrez nous communiquer vos retours d’expérimentation.

    Pour l’instant, 2 guildes sont proposées : celle du pommier et celle du sureau. Elles sont fournies dans les ouvrages “Permaculture en climat tempéré” et “Multiplication des Plantes et Ressources Végétales” que vous retrouverez sur la boutique.

Extrait de la guilde du pommier par l'Association La Forêt Nourricière

Extrait de la guilde du pommier par l’Association La Forêt Nourricière

 

Vous avez déjà réalisé des associations botaniques chez vous et vous voulez partager vos découvertes, réussites et échecs ?

Vous avec planté des Guildes réalisées par “Permaculture Design” et vous voulez nous donner vos retours d’observation ?

Contactez-nous !


  • Expérimentation autour du cernage des arbres en culture multiétagée

Le cernage consiste à sectionner les racines des arbres qui partent à l’horizontale pour forcer un enracinement profond et ainsi éviter la compétition racinaire entre l’arbre et les cultures en-dessous.

Le cernage peut être réalisé avec une barrière anti-rhizome au moment de la plantation de l’arbre (voir dessin). Cette méthode donne de très bons résultats en Afrique,  en sol plus ou moins drainant et cela accélère la croissance des arbres tout en diminuant l’arrosage et la culture de légumes voisines. Mais les tests que j’ai déjà réalisés tendraient à ralentir la croissance de l’arbre “cerné” plutôt qu’à l’accélérer.

N’ayant pas de recul en Europe ou peu (les réseaux AFAF et AGROOF font des tests en champs), nous aimerions trouver des expérimentateurs amateurs et professionnels pour faire des tests dans les systèmes de haies fruitières pour le maraichage bio et la permaculture.

Cernage des racines d'un arbre pour favoriser un enracinement profond Franck Nathié


  • Recherches sur la botanique fruitière et légumière rustiques et adaptées

Carte des pépinières de fruitiers rares ou anciens

Nous réalisons une carte des conservatoires botaniques et fruitiers rares, pépinières artisanales de sauvegarde. Venez-vous inscrire !

– Création du conservatoire botanique fruitier de La forêt nourricière

Le conservatoire de la forêt nourricière va s’installer et s’agrandir au Château de Danne près de Segrè (49). De nombreuses espèces et variétés fruitières rustiques adaptées à la région Nord Loire seront plantées dans le but de tester les limites de production en culture multiétagée afin de trouver les variétés les plus adaptées et productives.

Venez rejoindre le projet, participez au parrainage des variétés qui seront plantées.

– Recherches variétales

Vous avez découvert une variété de fruit exceptionnellement résistante aux maladies, ou très précoce ?

Nous sommes intéressés par vos découvertes et pourrions les partager via le site, les livres, le conservatoire et les pépinières de sauvegarde.

 

  • Recherche sur l’étalement de floraison pour toutes les régions de France

Le but est de créer, pour chaque région, le tableau d’étalement des floraisons des plantes sauvages et plantes vivaces cultivées (fruitiers, etc.), pour permettre la survie des abeilles sociales et solitaires, l’augmentation de la production de miel pour les apiculteurs, l’augmentation de la biodiversité et des auxiliaires de cultures (syrphidés, Ichneumonidés, Braconidés, etc.).

Photos  Franck Nathié

                                          

Chaque plante est estimée pour sa capacité à produire du nectar, du pollen ou de la propolis et chaque critère est noté de 1 à 3 en fonction de la productivité.

Un tableau pour chaque région de France sera réalisé sur 20 ans en essayant d’inclure les variétés fruitières et légumières de chaque région

Si vous voulez nous aider, téléchargez le Tableau EXCEL suivant :  Collecte des dates de floraisons en France

– Coordination du projet : Un référent “tableau” par région et des bénévoles qui l’aident

(par exemple : Paul s’occupe des fruitiers communs, Jacques des plantes sauvages, de la prairie, de la  pelouse et des fossés, JP des grands arbres avec recoupement des données sur 3 ans)

 

  • Recherche sur la bio filtration des eaux usées

Aucun organisme en France ne fait de recherches sur la biofiltration écologique. Seul Aquatiris met en place un kit qui a été créé mais reste statique en terme d’évolution.

Aucun organisme en France, à part notre association, ne fait de tests de biofiltres à base de charbon ce qui est une insulte au bon sens, car :

  • 100% de tous les filtres d’aquarium du monde                         >
  • 100% des filtres à air de tous les hôpitaux du monde              >       fonctionnent avec du charbon
  • 100% des masques à gaz du monde                                            >       et aucun avec de la pouzzolane !

On pourrait donc croire qu’il y a une volonté de polluer l’eau potable en France ?

Comme la majorité  des maisons bretonnes, notre siège social aux Basses Landes participait à la pollution de la nappe phréatique bretonne par le simple fait de respecter la loi et d’avoir mis en place un épandage obligatoire par lagunage imposé par le SPANC rejetant les eaux résiduelles dans le fossé de bord de route. L’efficacité de ce système étant assez médiocre en fonction des situations et les eaux en sortant étant très chargées en éléments nutritifs, si ces eaux s’infiltrent dans la nappe, elles la polluent. Ce qui est le plus navrant c’est que, bien souvent, on manque d’eau dans le jardin et on doit mettre en plus des nutriments (compost, fumier, tontes, etc.)

Nous avons donc décidé de stopper l’hémorragie et de voir si l’on ne pourrait pas transformer le problème en solution pour arroser la haie N° 4. Et le biofiltre fruitier à charbon est né !

Nous ferons un article détaillé sur ce sujet pour expliquer le fonctionnement des bactéries aérobies et anaérobies qui sont en oeuvre, les plantes fruitières et aromatiques gourmandes en nitrites des zones humides et les plantes fruitières gourmandes en eau et en nitrates. Et surtout les protections sanitaires draconiennes qu’il faut prendre pour éviter toute intoxication par des méchantes bactéries, tueuses de consommateurs inconscients.

Nous souhaitons faire nos propres recherches avec un laboratoire d’analyses pour tester les eaux en sortie du biofiltre et être responsables de notre pollution.

1 – le biofiltre installé en sortie des eaux résiduelles après lagunage ,
2 – l’araignée qui arrose des plantes dépolluantes et hygrophiles,
3 -les fraises qui sont plantées en bas de biofiltre.

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz