Aucun organisme en France ne fait de recherches sur la biofiltration écologique. Seul Aquatiris met en place un kit qui a été créé mais reste statique en terme d’évolution.

Aucun organisme en France, à part notre association, ne fait de tests de biofiltres à base de charbon ce qui est une insulte au bon sens, car :

  • 100% de tous les filtres d’aquarium du monde
  • 100% des filtres à air de tous les hôpitaux du monde > fonctionnent avec du charbon
  • 100% des masques à gaz du monde                              > et aucun avec de la pouzzolane !

On pourrait donc croire qu’il y a une volonté de polluer l’eau potable en France ?

Comme la majorité  des maisons bretonnes, notre siège social aux Basses Landes participait à la pollution de la nappe phréatique bretonne par le simple fait de respecter la loi et d’avoir mis en place un épandage obligatoire par lagunage imposé par le SPANC rejetant les eaux résiduelles dans le fossé de bord de route. L’efficacité de ce système étant assez médiocre en fonction des situations et les eaux en sortant étant très chargées en éléments nutritifs, si ces eaux s’infiltrent dans la nappe, elles la polluent. Ce qui est le plus navrant c’est que, bien souvent, on manque d’eau dans le jardin et on doit mettre en plus des nutriments (compost, fumier, tontes, etc.)

Nous avons donc décidé de stopper l’hémorragie et de voir si l’on ne pourrait pas transformer le problème en solution pour arroser la haie N° 4. Et le biofiltre fruitier à charbon est né !

Nous ferons un article détaillé sur ce sujet pour expliquer le fonctionnement des bactéries aérobies et anaérobies qui sont en oeuvre, les plantes fruitières et aromatiques gourmandes en nitrites des zones humides et les plantes fruitières gourmandes en eau et en nitrates. Et surtout les protections sanitaires draconiennes qu’il faut prendre pour éviter toute intoxication par des méchantes bactéries, tueuses de consommateurs inconscients.

Nous souhaitons faire nos propres recherches avec un laboratoire d’analyses pour tester les eaux en sortie du biofiltre et être responsables de notre pollution.

Contactez Tony qui supervise le projet tony.hebert.lfn@gmail.com  – Tel : 07 82 11 13 36